Top 3 des raisons de vendre sur une marketplace
Noter cet article

Depuis le succès d’Amazon qui a su adapter le concept d’Ebay au début des années 2000, le modèle de la marketplace s’est fait une place de choix dans le paysage du e-commerce. En 2015, ce n’est d’ailleurs pas moins de 8% des transactions en ligne (en hausse de 53% par rapport à 2013) qui se sont opérées à travers ces acteurs(1).

Pour les moins initiés au phénomène, la marketplace est (littéralement traduit de l’anglais) une place de marché où plusieurs vendeurs indépendants proposent leurs articles à la vente en ligne, moyennant une commission destinée à la plateforme qui les hébergent. C’est le cas d’Amazon donc, mais aussi de Rueducommerce ou Cdiscount pour ne citer qu’eux.

Alors si vous envisagez de vous faire référencer sur une marketplace pour y diffuser vos produits mais que vous hésitez encore, ce top 3 des bonnes raisons de vendre sur une marketplace est fait pour vous aider à franchir le cap.

 

3. Le consommateur apprécie le modèle de la marketplace

Prenons tout d’abord en compte le point de vue du consommateur. 40% des français n’ont jamais entendu parler des marketplaces. Ce qui, étant donné la relative nouveauté du phénomène, laisse présager une croissance importante de leur utilisation. Et parmi ceux qui les connaissent ? 20% les jugent positivement, estimant la mise en concurrence de plusieurs marchands sur le même site avantageuse au niveau du prix, lorsque 67% déclarent que ne pas connaître le vendeur au moment de l’achat ne les dérangent pas outre mesure(2).

Vendre sur une marketplace, c’est donc s’aligner sur les habitudes, les besoins et les attentes des e-consommateurs, et prendre le parti d’un modèle qui est amené à être de plus en plus utilisé dans les années à venir.

 

2. La marketplace est un outil puissant muni de multiples fonctionnalités

Le second point à mettre en exergue est la capacité de la marketplace à mettre à disposition du vendeur certaines fonctionnalités, comme le paiement sécurisé en ligne par exemple. Elle constitue une interface complète entre le consommateur et la marque, prenant en compte la possibilité de s’informer, de comparer et de passer commande. Une fois reçue, vous n’avez plus qu’à gérer vos stocks et la livraison, comme vous en avez l’habitude.

Vendre sur une marketplace, c’est donc gagner du temps en externalisant une partie de la chaîne et en se concentrant sur certains maillons essentiels.

 

1. La marketplace attire beaucoup (beaucoup) de monde

La raison principale enfin, elle est évidente, c’est de toucher davantage de monde. Le fondateur et CEO d’Amazon, Jeff Bezos, schématise d’ailleurs très bien l’atout principal de la marketplace, à travers la notion de cercle vertueux. Plus il y a de vendeurs, plus il y a de trafic et donc plus les vendeurs seront attirés par la marketplace, et ainsi de suite. Amazon France, et ses milliers de vendeurs, comptabilise 20 millions de visiteurs uniques chaque mois lorsque Ebay recense 4 millions d’acheteurs actifs mensuels.

Vendre sur une marketplace, c’est donc potentiellement toucher une cible plus importante, pour peu que vos produits soient bien référencés.

 

La marketplace est en vogue. En 2015, 29% des acteurs de la vente en ligne l’utilisaient lorsque 32% des internautes y avaient acheté au moins un produit(1). Et selon les prévisions de certains spécialistes du secteur, d’ici 2018, pas moins de 50% de la croissance du e-commerce devraient provenir des places de marché.

Certains d’entre vous doivent cependant se dire que vendre sur une marketplace doit être chronophage, surtout lorsque vous êtes présents sur plusieurs à la fois. Et bien sachez que grâce à son connecteur Marketplace, le logiciel de gestion commerciale LMB, conçu par l’entreprise Lundi Matin, permet de gérer toutes vos marketplaces depuis un seul et unique back-office, favorisant ainsi la simplicité et la transparence. Il s’occupe notamment de synchroniser votre catalogue produits, de transmettre les commandes, d’envoyer les documents commerciaux, de copier les informations client et de diffuser le numéro de tracking du transporteur. Tout ça, et plus encore, en un seul et même outil.

 

(1) Chiffres Fevad 2015

(2) Étude Toluna pour Webloyalty