Créer sa start-up : les 5 étapes clés
Noter cet article

La génération Y s’offusque des formes traditionnelles de travail. Elle exige de la flexibilité et ne s’épanouit pas dans les formes classiques de hiérarchie. Une carrière dans un grand groupe ne l’attire plus, elle, ce qu’elle veut, c’est créer sa start-up. Et cela se traduit en chiffres : ceux que l’on appelle les “millenials” entreprennent beaucoup.

Selon l’étude “BNP Paribas Global Entrepreneur Report 2016”, l’une des plus grandes études internationales réalisée auprès de 2600 entrepreneurs dans 18 pays, on constate même l’émergence d’une nouvelle catégorie, les “millennipreneurs”.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils sont en avance sur leurs prédécesseurs ! Ils ont en moyenne déjà lancé 7,7 entreprises (contre 3,5 pour leurs aînés) et récolté un chiffre d’affaires supérieur de 43% à celui de la génération des Baby Boomers. La parité est enfin à l’ordre du jour puisque le pourcentage de femmes de la génération Y ayant créées leur entreprise est de plus en plus important (les femmes ayant même prévu une marge bénéficiaire de 35% en 2015).

Si vous êtes vous-mêmes en pleine réflexion pour vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale, ce récapitulatif des 5 étapes essentielles pour créer sa start-up est fait pour vous.

1. Creuser son idée

Vous avez une idée en tête, un projet de start-up ? C’est bien beau, mais il y a encore du chemin pour faire de vous l’entrepreneur de demain ! Vous n’êtes qu’un rêveur de plus parmi la génération Y. La première étape pour vous consiste à valider votre idée et sa viabilité. Quelques réponses à des questions vous permettront de savoir si vous lancer à corps perdu dans l’aventure entrepreneuriale est viable ou non.

Tout d’abord, votre idée répond-elle à un besoin ? Le marché ciblé contient-il un nombre suffisant de clients pour assurer la pérennité de votre projet ? L’adéquation entre votre produit et le marché constitue la base de votre réflexion. Pensez gain de temps, gain d’argent et gain émotionnel. Si le marché n’est pas mûr pour votre produit, vous risquez par exemple de vous confronter au cas de Google qui a dû retirer ses Google Glass du marché car elles n’avaient pas trouvé leur clientèle. La question du prix est également à prendre en compte. Quel prix votre cible est-elle prête à payer pour satisfaire son besoin à travers votre produit ? Quel prix vous assure une rentabilité ? Quel business model convient le mieux à votre projet ?

Notre conseil chez Lundi Matin pour tenter de répondre à ces questions est de les tester directement sur votre cible, via un échantillon que vous aurez vous-même construit (il doit être représentatif mais ne doit pas nécessairement contenir un grand nombre d’individus) grâce à un produit minimum viable. Il s’agit de votre produit dans sa forme la plus simple, avec ses fonctionnalités essentielles et un design minimaliste, dont le but est d’obtenir les premières impressions de votre cible en les laissant interagir avec (cela peut-être un prototype pour un produit physique ou une landing page présentant le produit pour un software en mode SaaS, par exemple). Faire part à vos proches de votre idée est également une manière de recueillir de précieux feedbacks !

Créer sa start-up, c’est s’aligner sur les besoins de sa cible.

2. Réaliser son business plan

Dès lors que vous avez étudié votre sujet et que vous êtes certain qu’il s’agit d’une opportunité et non d’une idée extravagante (ou pas d’ailleurs, une prise de risque peut parfois vous être bénéfique, si toutefois vous avez l’âme d’un disrupteur), la prochaine étape vous permettra de formaliser votre projet de start-up. Et autant dire qu’elle est redoutée de tous puisqu’il s’agit de l’élaboration du business plan, l’outil privilégiée des investisseurs. Des éléments importants doivent obligatoirement y figurer comme la présentation de votre offre, celle du marché ciblé, votre plan marketing et les données financières qui concernent la rentabilité de votre future entreprise.

Débutons avec une petite question : pour évaluer un projet de création d’entreprise, préférez-vous dans un premier temps lire 10 pages complètes expliquant dûment votre stratégie à court, moyen et long terme ou 5 lignes décrivant ces 10 pages ? Nous sommes d’accord, personne ne lira ces 10 pages à moins d’avoir été efficacement teasé. Commencez donc par rédiger un executive summary de votre business plan.

Un conseil : ce n’est pas parce que l’idée émane de vous que vous devez vous renfermer sur vous-même. Si vous avez des associés sur le projet, rédigez votre business plan ensemble. Si vous avez d’ores et déjà des pistes de clients futurs, sollicitez-les. Pensez également à faire lire votre business plan par une personne extérieure afin de voir s’il est compréhensible par tout le monde.

Créer sa start-up, c’est également savoir présenter sa stratégie de développement.

3. Introniser les compétences clés

Prenez le temps de vous entourer des compétences clé nécessaires. Chaque succès a en effet ses cerveaux. Apple a su reposer le sien sur l’avant-gardisme de Steve Jobs et l’expertise technique de Steve Wozniak (exemple facile direz-vous, mais tellement évocateur de l’importance de compiler des ressources diverses et complémentaires au sein de son entreprise).

Alors si vous souhaitez développer un produit tech, votre premier développeur sera d’une importance cruciale (ne tombez pas dans le piège de faire développer le coeur de votre produit en offshore, vous en perdrez la maîtrise) et suivra l’évolution de votre produit. Gardez également en tête qu’un bon produit n’est rien s’il ne touche pas sa clientèle, d’où l’importance de se doter d’un associé au sens aigu de la commercialisation de nouveaux produits (en tant que créateur, vous êtes d’ailleurs le premier commercial de l’entreprise puisque qui mieux que vous pourrait vendre votre produit ?).

Alors accentuez vos recherches, trouvez les pépites dont vous avez besoin, le plus important étant d’introniser des personnes qui croient en votre projet et qui sont prêtes à vous accompagner, pour le meilleur et pour le pire !

Créer sa start-up, c’est donc s’entourer des bonnes personnes.

4. Lever des fonds

Une start-up a besoin de fonds pour se développer, notamment en termes de R&D, pour atteindre au plus vite le product-market fit, et de moyens commerciaux et marketing, pour être rapidement concurrentielle. Donc votre but à ce stade : lever des fonds !

Et le plus possible, tant qu’à faire. La plus grosse levée de fonds tricolore de 2015 est à mettre au profit de BlaBlaCar et de son gérant Frédéric Mazzella, avec 200 millions d’euros levés. Vous me direz, tout le monde ne revendique pas 20 millions de membres dans 19 pays. Vous pouvez donc commencer par viser des bourses, comme la bourse FrenchTech, ou passer par des solutions de prêts ou d’avances remboursables.

Cependant, pour franchir un cap dans votre développement, vous allez avoir besoin de multiplier les levées de fonds (2 à 5 en moyenne) en commençant par une première qui doit vous permettre de générer entre 500.000 et 2.000.000 d’euros, en moyenne. Celle-ci est gentiment intitulée “la vallée de la mort” en raison du nombre important de projets y ayant laissé leurs plumes. Adressez-vous à des Business Angels ou à des plateformes de crowdfunding (d’autant plus intéressantes qu’elles permettent de réaliser une première opération de communication et de trouver ses early adopters).

Armez-vous de votre business plan et de toute votre motivation, mais n’oubliez pas que les investisseurs voient des dizaines et des dizaines de profils tels que les vôtres, cherchez donc à vous démarquer !

Créer sa start-up, c’est avoir les moyens de ses ambitions.

5. Bien démarrer grâce aux outils de base

L’économie est de plus en plus concurrentielle et impose une organisation interne capable d’optimiser la productivité de chaque collaborateur. De nombreux outils vous permettent aujourd’hui d’améliorer vos performances. Il ne s’agit pas ici de les compiler mais on tenait quand même à vous faire une petite sélection de nos outils de base préférés.

Les silos, voici ce que tout manager actuel cherche à combattre. Une entreprise doit aujourd’hui fonctionner de manière flexible et favoriser la circulation de l’information en interne, entre les différents services. Une bonne plateforme de communication interne est donc importante. Et à ce petit jeu, Slack, la plateforme en passe de devenir une licorne outre-atlantique, est la meilleure.

Le mailing est aujourd’hui un élément incontournable de la stratégie d’acquisition et de fidélisation web d’une start-up. Envoyez vos campagnes mailing, diffusez vos newsletters et récupérez des statistiques grâce à l’outil incontournable qu’est MailChimp.

Vous souhaitez vous lancer dans le commerce ? Un bon logiciel de gestion commerciale vous permet de gagner du temps sur vos activités quotidiennes en centralisant l’ensemble des données liées aux ventes, stocks ou achats. En étant compatible avec la plupart des acteurs du e-commerce, de la logistique ou de la compatibilité, Lundi Matin est le spécialiste du commerce connecté.

Créer sa start-up, c’est finalement s’armer des meilleurs éléments pour réussir.